• Accueil
  • > Archives pour novembre 2017

La fosse septique géante de Vandœuvre-lès-Nancy !

30112017

fosse septique-page-0

Depuis un an et demi  ? le chantier du réservoir du Parc Richard POUILLE a fait coulé beaucoup de béton, il sera bientôt la mis en eau mais pour l’instant on en sort pas mal autour (en inondant régulièrement les allées du Parc) au risque qu’avec les gelée de cette nuit que quelques jambes se brises. Le réservoir est prévu pour retenir l’eau à l’intérieur mais pour la retenir à l’extérieur et l’instant, c’est elle qui pose problème !

Avec le froid le réservoir a de fortes chances de se retrouvé pris au piège comme un bise glace, la structure si d’aventure elle vient à fissuré même bien cloisonné l’eau va s’infiltrer et à prés d’un euros le litre on va se retrouvée Vandœuvre-lès-Nancy avec une fosse septique d’un volume de 30 millions de litres, faisant de celle-ci le plus gros et le plus cher égout du monde  !

MERCI MONSIEUR ROSSINOT 




Ce que le GIEC nous cache depuis 20 ans ! corrigé !!!

30112017

courbes temps




Une pêche d’enfer !

28112017

peche denfer-page-0

Depuis ce matin la pêche aux Lombrics est ouverte dans le Parc Richard POUILLE à Vandœuvre-lès-Nancy. De l’Aube à l’Aurore les connaisseurs se sont précipité en masse sur ce met délicat qu’offre la terre après les pluie abondante de cette nuit.

C’est prodigieusement fabuleux de voir cet oiseau noir,

Prendre son envole avec au bec un vers criant son désespoir.




Diplôme pour l’hypnose, ce qui vous manque c’est un bon PSY !

28112017

hypnose-page-0

Diplôme pour l’hypnose, ce qui vous manque c’est un bon PSY !

Il existe aucun diplôme pour être handicapé, tout il n’existe aucun diplôme pour être CON, on y est ou on y est pas mais on ne le devient pas .

Par contre chacun à au font de lui même cette aptitude à amplifié le signale émis par le système nerveux quand il informe le cerveau sur l’état d’un organe ou d’un tissus, ça oui vous pouvez apprendre à le faire en une bonne dizaine d’années ………

Par contre on peu apprendre l’auto-suggestion mais cela ne se fait pas du jours au lendemain, il faut des années de pratique pour arrivée à contrôle un des ces organe.

On ne fait pas d’un humain à âne !

Alors excusez moi si cela me fait doucement rire de voir un «  praticien  » exhibé un diplôme en hypnose et pourquoi pas le diplôme pour la connerie ?




MATCH des Nations à Vandoeuvre – Eric a la courtoisie d’une marée noire !

26112017

erika colle-page-0 (1)

Les 24 et 25 Novembre ce fut la grande collecte annuelle des Banques Alimentaire. Si la plupart des grandes surface acceptent volontiers cet effort solidaire, ce n’est pas le cas partout, l’exemple du Match des Nations à Vandoeuvre les Nancy est un exemple par excellence !

Pendant les deux jours de collectes il ne s’est pas manifesté physiquement une seule fois, le seul contact qu’avait les bénévoles avec la direction était au travers des employés et encore, pas vraiment pour encourager ces derniers.

Je suis ambassadeur du réseau social du secteur « Arlon » qui cours du Parc Richard POUILLE au Parc du CHARMOIS.

A ce titre j’échange souvent avec les commerces et commerçants de se secteurs afin de pouvoir informé les internautes des divers animations qu’il y a sur ce secteur. Si les autres directeurs se font un plaisir de m’accueillir au Match ma rencontre avec le Directeur fut fortuite par l’entremise de l’ancien directeur venu donner un coup de main dans le magasin.

Pour la collecte c’est donc moins qui étant bénévole à la banque alimentaire, est distribué les affiches pour prévenir de l’événement. Le magasin match a pris les affiches que l’on nous a rendu le jours de la collecte….. Je signale que le magasin « NORMA » qui se trouve au même niveau dans le centre commercial mais avec qui la Banque Alimentaire n’a aucun accord sur le plan nationale, avait placé les dites affiches bien évidence sur la vitre du magasin 15 jours avant la collecte.

La courtoisie noire du Directeur du Match à Vandoeuvre et à faire détaillé les trains. Il déteint peu à peu sur le personnel masculin. Client j’entends souvent ces messieurs qui rangent mes rayons discuté entre eux avec des propos déplacés envers la clientèle, ainsi lorsqu’en faisant mes courses j’entends l’un d’eux envoyé pété en se moquant d’elle, une brave Dame qui chercher le lait, je ne pu m’empêchai d’aller voir cette individu pour lui demandé s’il laçait ces chaussures touts les matins avec son amabilité, pour ne par qu’elle ne s’échappe dans la journée. J’ai essuyé une regard noire telle la marée de l’Erika ce qui en dit long sur la mentalité qui règne dans ce magasin.

Reste a espérer que cette attitude particulièrement anti-commercial, ne devienne pas la marque de fabrique des magasins Match.

Stéphane LE PINIEC




Changement de sexe !

23112017

chsexe-page-0

Nous sommes dans une société sans identité,

Sans repère, de nationalité,

Ou touts se mélange et se perds,

Une société qui désespère.

Aujourd’hui les tabous sont tombés,

Les règles humaine ont changés,

Le permis devenu un droit,

On nous oblige de n’avoir aucun choix !

Nous sommes dans une société d’illusion,

Ou touts dépend de la vision,

Tu regard au travers du filtre des idées,

L’amour et devenu du sexe, un objet !

Une société ou les enfants on deux papas ou deux mamans,

Un père devenu femme on trouve cela presque évident,

Les valeurs t’entant on en parle au passé,

Se sont devenu des légendes dépassés.




J’aime les bêtes

23112017

consles




Estimation de septembre, en Novembre la théorie « aire glaciaire » se confirme

22112017

tempera

ampli

Températures réalisés mini – maxi
octobre novembre
11 17 0 14
12 16 5 13
6 16 5 14
5 16 6 18
8 17 3 12
6 13 -1 6
3 14    
11 15 5 6
8 17 4 6
3 15 3 9
9 19 7 11
10 20 4 11
8 20 4 8
8 21 -1 5
7 23 -2 5
Amplitudes calculé – Réalisé
octobre novembre
0 6 11 14
7 4 14 8
10 10 11 9
10 11 14 12
9 9 4 9
8 7 10 7
7 11    
10 4 8 1
11 9 7 2
13 12 3 6
13 10 3 4
25 10 3 7
10 12 3 4
6 13 7 6
10 16 6 7

 

 




Résidence solarium à Vandœuvre-lès-Nancy

18112017

solarium-page-0

Aujourd’hui 18 Novembre 2017 je suis allé visité la résidence solarium à Vandœuvre-lès-Nancy.

Belle construction sur plan architecturale, juste à côté d’une école pour les seniors ce n’est pas ce qu’on peut rêver de mieux.

La porte d’entrée est de bonne largeur mais trop lourde pour être ouverte par une personne ne fauteuil roulant.

C’est très bien isolé, l’appartement dispose d’un interphone avec un écran pour voir son visiteur mais trop haut pour les personnes en fauteuil mais c’est pratique.

Il y à un réseau qui permet de branché un câble Ethernet et Coaxial (pour la fibre optique). Les portes sont assez larges et la douche de plein pied sans rebord permet au personne en fauteuil de prendre sa douche sans difficulté.

Ça manque un peu d’espace vert mais il y à la mosquée juste à côté.




L’hypothalamus – Le contrôlé serait nous permettre de passé à un stade supérieur de l’évolution humaine. Aujourd’hui c’est possible, nous en avons les moyens technique.

16112017

Hipotálamoimage_4136_m

Qu’est-ce que l’hypothalamus ?

L’hypothalamus est une structure cérébrale qui, en compagnie du thalamus, forme le diencéphale. Il fait partie du système limbique et contient la plus grande densité de neurones de tout le cerveau. Il est chargé de contrôler le système nerveux autonome et le système endocrinien (qu’est ce que le système nerveux). C’est une glande endocrinienne qui libère des hormones chargées de gérer les comportements liés au maintien de l’espèce, et qui régule la sécrétion des hormones de l’hypophyse, avec lequel il forme l’axe hypothalamo-hypophysaire. Il contient deux types de neurones sécréteurs : les parvocellulaires (qui sécrètent les hormones péptidiques) et les magnocellulaires (qui sécrètent les hormones neurohypophysaires).

Où se trouve l’hypothalamus ? Avoir un bon emplacement est important

L’hypothalamus se situe sous le thalamus (d’où son nom). De plus, il est délimité par la couche terminale, par les tubercules mamillaires, par les capsules internes et par le chiasme optique. Il est connecté à l’hypophyse par la tige hypophysaire. Une position si centrale dans le cerveau qu’elle permet à l’hypothalamus de communiquer parfaitement bien, recevant des informations (afférences) de différentes structures du corps, et envoyant des information (éfférences) à d’autres.

 

À quoi sert l’hypothalamus ? Comment nous maintient-il vivant ?

Les fonctions qu’il remplit sont essentielles pour notre survie. Il est chargé de gérer la faim et la satiété, de maintenir la température corporelle, de réguler le sommeil, la reproduction, l’agressivité et participe également à la gestion des émotions. La plus grande partie de ces fonctions se régule grâce à la sécrétion d’hormones qui s’inhibent ou s’excitent entre elles.

  • Faim : quand notre corps détecte que nos réserves d’énergie viennent à manquer et que nous avons par conséquent besoin de manger, il envoie une hormone (ghréline) à l’hypothalamus pour lui indiquer que nous devons manger. L’hypothalamus libère alors la neuropéptide Y, qui est l’hormone qui produit la sensation de faim. Dans l’exemple du début de l’article, l’hypothalamus était en train de libérer une grande quantité de neuropéptides Y, ce qui fait que notre sensation de faim était très forte.

  • Satiété : au contraire, quand nous avons mangé suffisamment, notre corps doit dire à notre cerveau que nous n’avons pas besoin de plus d’aliments et que nous devons arrêter de manger. Pendant que nous mangeons, notre corps produit de l’insuline, ce qui augmente la production d’une hormone nommée “léptine”. La léptine voyage dans le sang jusqu’au noyau ventromédian de l’hypothalamus, et lorsqu’elle arrive aux récepteurs de celui-ci, elle inhibe la production de neuropéptide Y. Le fait de ne plus produire de neuropéptide Y nous quitte la sensation de faim, en d’autres termes, nous ressentons de la satiété.

  • Soif : d’une façon similaire à la faim, quand le corps a besoin de plus d’eau, l’hypothalamus libère une hormone antiduirétique (ou vasopressine), qui agit pour empêcher la perte de fluide et encourager l’ingestion de liquide.

  • Température : la température à laquelle le sang arrive dans l’hypothalamus détermine si nous devons augmenter ou diminuer notre température corporelle. Si la température est trop haute, nous devons perdre de la chaleur, ce qui fera que la partie antérieure de l’hypothalamus (hypothalamus antérieur) inhibe la partie postérieure, provoquant une série de conséquences qui permettrons de réduire la température corporelle (comme la sudation par exemple). Si par contre la température corporelle est trop basse, nous devons produire de la chaleur, ce qui fera que la partie postérieure de l’hypothalamus (hypothalamus postérieur) inhibe la partie antérieure. Ainsi, à travers l’axe hypothalamo-hypophysaire, se libère l’hormone stimulante de la thyroïde (TSH) et l’hormone adrénocorticotrope (ACTH), favorisant la conservation de la chaleur.

  • Sommeil : la raison pour laquelle il peut nous résulter difficile de nous endormir lorsque la lumière est allumée se trouve dans l’hypothalamus, Le cycle vigilance-sommeil est réguler par le cycle circadien. La structure qui se charge de la régulation du cycle circadien est un ensemble de neurones de l’hypothalamus médian appelé noyau suprachiasmatique. Le noyau suprachiasmatique reçoit des informations des cellules ganglionnaires de la rétine à travers le tractus rétinohypothalamique. De cette façon, la rétine détecte les changements de lumière à l’extérieur et envoie cette information au noyau suprachiasmatique. Cet ensemble de neurone traite l’information, qui est ensuite envoyée à la glande pinéale (ou épiphyse cérébrale). Si la rétine détecte qu’il n’y a pas de lumière, la glande pinéale sécrète de la mélatonine, qui favorise le sommeil. Si la rétine détecte qu’il y a de la lumière, la glande pinéale réduit les niveaux de mélatonine, ce qui est plus propice à la vigilance.

  • Reproduction et agressivité : ces comportements (si différents chez les humains, pourtant très proche dans le règne animal) sont régulés par la même partie de l’hypothalamus (le noyau ventromédian). Il y a des neurones qui s’excitent uniquement lors des comportements de reproduction, alors qu’il y en a d’autres qui s’activent uniquement lors des comportements agressifs. Dans ce cas, les amygdales cérébrales sont chargées d’envoyer les informations liées avec l’agressivité à la partie adéquate de l’hypothalamus afin que celle-ci libère les hormones nécessaires afin d’adapter notre comportement à la situation dans laquelle nous nous trouvons.

  • Émotions : quand nous ressentons une émotion, celle-ci est accompagnée de changements physiologiques. Si nous marchons seuls la nuit et que nous devons traverser une ruelle sombre d’où proviennent des bruits étranges, notre réaction la plus probable est de ressentir de la peur. Le corps a besoin d’être prêt à n’importe quel cas de figure qui va se présenter, et pour cela l’hypothalamus envoie des informations aux différentes parties de notre corps (augmentation de la respiration, du rythme cardiaque, contraction des vaisseaux sanguins, dilatation des pupilles et tension des muscles). De cette manière, nous sommes plus capables de détecter une menace quelconque et de nous défendre ou de courir si nécessaire. Ainsi, l’hypothalamus est chargé des changements physiologiques liés aux émotions.

Quelle relation existe entre l’hypothalamus et l’amour ?

Les émotions dans le cerveau sont gérées par le système limbique. L’hypothalamus fait partie de ce système et est chargé de faire savoir au corps quelle est l’émotion dominante du moment. Bien que les sentiments soient une chose complexe au niveau cérébral, nous savons que l’hypothalamus est le responsable du fait que nous ressentions l’amour de la forme dont nous la ressentons. L’hypothalamus produit de la phényléthylamine, un neurotransmetteur qui a des effets similaires aux amphétamines, ce qui explique la sensation agréable et euphorique de l’amour. De plus, l’hypothalamus augmente la production d’adrénaline et de noradrénaline, ce qui se traduit par une augmentation du rythme cardiaque, augmentant l’oxygénation et la pression sanguine (provoquant la sensation de “papillons dans le ventre”). D’un autre côté, le cerveau produit de la dopamine, qui nous permet d’augmenter notre attention sur la personne qui nous provoque ce sentiment, et de la sérotonine qui modifie notre moral. Ainsi, si nous souhaitons expliquer pourquoi l’hypothalamus est si important, il suffit de dire que sans lui, nous serions incapables de ressentir l’amour !

Quel est la relation entre l’hypothalamus et l’hypophyse ?

L’hypothalamus régule la sécrétion des hormones de l’hypophyse (ou glande pituitaire), avec laquelle elle se trouve physiquement connecté par l’infundibulum. L’hypophyse est également une glande endocrinienne et se trouve en dessous de l’hypothalamus, protégé par la selle turcique (une structure osseuse de la base de notre crâne). Sa fonction est de déverser les hormones que selon notre hypothalamus notre corps nécessite pour régler l’homéostasie (équilibré les substances et la température de notre organisme) dans le flux sanguin. La relation entre l’hypothalamus et l’hypophyse est si étroite qu’ils forment l’axe hypothalamo-hypophysaire. Aucun des deux ne pourrait remplir pleinement sa fonction sans la collaboration de l’autre. Ainsi, l’hypophyse permet à l’hypothalamus d’étendre ses effets à tout notre corps, agissant sur d’autres glandes qui se trouvent en dehors de sa portée.

Que se passe-t-il lorsque l’hypothalamus est altéré ? Quels sont les maladies ou les troubles qui peuvent être provoqués ?

Vu l’importance de l’hypothalamus, une lésion de n’importe quel de ses noyaux peut être fatale. Par exemple, si le centre de la satiété est endommagé (et que nous ne pouvons donc pas ressentir la satiété) nous ne nous arrêterions pas d’avoir faim et mangerions donc sans nous arrêter, avec les implications que cela pourrait avoir sur notre santé. Les pathologies les plus fréquentes sont :

  • Syndrome du diabète insipide : il se produit suite à une lésion dans les noyaux supraoptique, paraventriculaire et du fascicule supraopticohypophysaire. Du fait de la petite quantité de ADH qui est produite dans ces cas-là, cela créer une augmentation des liquides absorbés et de la miction.

  • Lésion de l’hypothalamus caudolatéral : si cette région de l’hypothalamus est endommagée, cela diminuera les activités synaptiques ainsi que la température corporelle.

  • Lésion de l’hypothalamus rostromédian : si cette région de l’hypothalamus est endommagée, cela diminuera les activités parasynaptiques, mais augmentera la température corporelle.

  • Syndrome de Korsakoff : une altération des noyaux mamillaires (très liés à l’hippocampe, et donc à la mémoire) produit ce qui est connu comme l’amnésie antérograde, c’est à dire l’incapacité d’incorporer de nouveaux souvenirs sur le long terme. De plus, cela pousse notre cerveau à remplir les “vides” par des fabulations (compenser les oublis, sans intention de tromperie, avec des faits qui ne se sont pas produits ou qui ne correspondent pas à la réalité). Bien que ce trouble soit lié à l’alcoolisme chronique, il est également dû à une altération de tubercules mamillaires et ses connections (comme l’hippocampe et le noyau médiodorsal du thalamus).

En savoir un peu plus…

Quelles hormones sont produit par l’hypothalamus ?

L’hypothalamus rempli ses fonctions grâce à la libération d’hormones. Voici les types d’hormones qui sont produit par l’hypothalamus :

  • Neurohormones : hormone antiduirétique (ADH) et ocytocine.

  • Facteurs hypothalamiques : angiotensine II (AII), facteur inhibiteur de la libération de somatotropine (GIH ou somatostatine), hormone libératrice d’hormone adrénocorticotropine (CRH), hormone libératrice de gonadotropine (GnRH ou LHRH), hormone libératrice de tirotropine (TRH) et hormone libératrice de somatotropine (STH ou somatocrinine).

Quels sont les noyaux qui composent l’hypothalamus et à quoi servent-ils ?

Comme nous l’avons vu dans les fonctions de l’hypothalamus, celui-ci se compose d’une grande quantité de noyaux (ensemble de corps neuronaux) et chacun d’entre eux a une fonction plus ou moins spécifique. Les principales sont :

  • Noyau arqué : participe aux fonctions émotionnelles de l’hypothalamus. De plus, il remplit une fonction endocrine d’une grande importance en synthétisant les péptides hypothalamiques et les neurotransmetteurs. Il est chargé de la libération de l’hormone libératrice de gonadotropine (GnRH), également connu comme l’hormone libératrice de l’hormone lutéinisante.

  • Noyau hypothalamique antérieur : est chargé de la perte de chaleur grâce à la sudation. Il est également chargé d’inhiber la libération de tirotropine dans l’hypophyse.

  • Noyau hypothalamique postérieur : sa fonction est de maintenir la chaleur corporelle lorsque nous avons froid.

  • Noyaux latéraux : régule la sensation de faim et de soif. Quand ils détectent un manque de sucre ou d’eau, ils tentent de rétablir l’équilibre grâce à l’ingestion d’aliments ou de liquides.

  • Noyau mamillaire : grâce à ses connections avec l’hippocampe, il est lié à la mémoire.

  • Noyau paraventriculaire : régule les sécrétions de l’hypophyse grâce à la synthèse d’hormones comme l’ocytocine, la vasopressine et l’hormone libératrice d’adrénocortotrope (CRH).

  • Noyau préoptique : agit sur les fonctions parasynaptiques liées à l’alimentation, la locomotion et les activités de reproduction.

  • Noyau supraoptique : est chargé de réguler la pression artérielle et l’équilibre des liquides grâce à la production d’hormone antidiurétique (ADH).

  • Noyau suprachiasmatique : est chargé de la fluctuation des hormones dérivées du cycle circadien.

  • Noyau ventromédian : son rôle consiste à réguler la sensation de satiété.

Où est ce que se reçoit l’information dans l’hypothalamus et où l’hypothalamus envoie-t-il des informations ?

L’hypothalamus, grâce à sa position privilégiée dans le cerveau, dispose d’une grande quantité de connections. D’un côté, il reçoit des informations (afférences) des autres structures cérébrales et de l’autre il envoie des informations (éférences) aux autres parties du cerveau.

  • Afférences :

    • Afférences réticulaires du tronc encéphalique : du tronc de l’encéphale au noyau mamillaire latéral.

    • Fascicule proencéphalique médian : de la région olfactive, des noyaux septales et de la région qui entoure les amygdales, de la zone préoptique latéral ainsi que l’hypothalamus latéral.

    • Fibres amigdalothalamiques : des amygdales arrivent, d’une partie au noyau préoptique médian, à l’hypothalamus antérieur, ventromédian et arqué. D’un autre côté, les amygdales ont des connections avec le noyau hypothalamo latéral.

    • Fibres hippocampo-thalamiques : de l’hippocampe au septum et aux noyaux mamillaires.

    • Fibres précomisurales du Fornix : connecté à la zone hypothalamique dorsale, aux noyaux septales et au noyau préoptique latéral.

    • Fibres postcomisurales du Fornix : transporte l’information au noyau mamillaire médian.

    • Fibres rétinohypothalamiques : reçoit l’information de la lumière qui est reçut par la rétine et l’envoie au noyau suprachiasmatique pour réguler le cycle circadien.

    • Projections corticales : reçoit l’information du cortex cérébral et l’envoie à l’hypothalamus.

  • Éférences :

    • Fascicule longitudinal dorsal : des régions médiane et périventriculaire de l’hypothalamus à la matière grise periaqueductal mésencéphale.

    • Fibres mamillaires éférentes : du noyau mamillaire médian et en partie aux noyaux thalamiques antérieurs ainsi qu’au mésencéphale, aux noyaux ventral et dorsal de la calotte.

    • Faisceaux supraotpique hypophysaire : des noyaux supraoptique et paraventriculaire au lobe postérieur de l’hypophyse.

    • Faisceaux tuberohypohysaire : du noyau arqué au tronc infundibulaire et à l’éminence médiane.

    • Projections descendantes du tronc encéphaliques et de la moelle épinière : du noyau paraventriculaire, la zone latérale et postérieure, au noyau solitaire, ambiguë, dorsale du nerf vague et des régions ventrolatérales du bulbe rachidien.

    • Projections éférentes du noyau suprachiasmatique : la principale éférence du noyau suprachiasmatique connecté à la glande pinéale.







Maconneriepeillat |
Intersyndicaleadapei79 |
rucher du Bout de Cesnes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vracdesouvenirs
| Futureofwork
| Marseille Poubelle la Vie